Agence création site internet et référencement Concarneau

Création ou refonte de sites internet professionnels à Concarneau
au meilleur rapport qualité/prix du net
-Création de site internet Vitrine fixe à partir de 270 € HT
-Création de site internet vitrine modifiable à partir de 550 € HT
-Création de site internet e-commerce à partir de 1090 € HT
-Création de site internet institutionnel ou sur mesure à partir de 3990 € HT
Tous nos sites sont réalisés sous 10 jours en moyenne
et sont vendus référencement SEO compris !
Vous êtes 100% propriétaire de votre site et des codes sources
Sans abonnement ni paiement mensuel

Pour votre entreprise, grâce à internet et ses 40 millions de français connectés tous les jours, la création d’un site internet à Concarneau, permet de développer facilement le chiffre d’affaire d’un commerce, à condition que le site créé soit de bonne qualité et que son référencement permette de le trouver régulièrement sur la première page des moteurs de recherche.

Posséder un site internet est aussi un support nécessaire pour pouvoir envisager une augmentation constante de ses contacts et pouvoir ainsi bénéficier d’un support publicitaire pas cher.

Notre studio de création vous apporte des solutions durables dans le temps et professionnelles pour la création de votre site internet à Concarneau. Alors si votre objectif est de ne plus payer trop cher vos services sur la toile, faites confiance au leader des services internet pour les professionnels.

Qualité et professionnalisme sont les clés du succès de notre studio de création.

Vas-y ! Forte de ses 10 années d’expérience réalise en moyenne, sous 10 jours, le site internet que vous attendiez, en formule tout compris, incluant même la rédaction de contenus.

Nous attachons la plus grande importance à respecter votre budget et vous livrons par déontologie un produit entièrement opérationnel et de qualité comprenant au même tarif le référencement naturel sur les mots clés de votre choix en rapport avec activité professionnelle.

Développez votre activité internet à Concarneau

Concarneau est une commune du département du Finistère dans la région Bretagne . (Source Wikipédia)

Pour développer votre activité internet à Concarneau, faites confiance au Groupe Vas-y ! le leader des services internet pour les professionnels, fournisseur de site internet pas cher.

Nous proposons pour tous nos clients de Concarneau des résultats professionnels, tant en création de site qu’en référencement, avec des résultats prouvés, fiables et durables dans le temps, sans la nécessité d’un abonnement, ni d’un paiement mensuel.

Dans le cadre de la création de site internet à Concarneau.

Vous en êtes propriétaire à 100%, y compris les codes sources.

Nous vous offrons des solutions professionnelles, qu’elle soit en création de site ou en référencement, avec des résultats prouvés, fiables et durables dans le temps, sans la nécessité d’un abonnement, ni d’un paiement mensuel.

Alors pourquoi vouloir payer plus cher ailleurs la création de votre site internet à Concarneau ? Pour l’ensemble de vos services liés au net, choisissez Vas-y !

Concarneau était autrefois une ancienne trève de Beuzec-Conq que Concarneau a englobée depuis le 27 août 1945. Il s’agit, semble-t-il, d’un démembrement de l’ancienne paroisse primitive de Melgven (ou de Pleuven, d’après Couffon). Beuzec-Conq doit son nom à saint Beuzec ou Budoc, fils de la comtesse Azénor. Beuzec-Conq (noté Buezec Conc en 1325 et Bozoc Chonc vers 1330) s’est agrandi en 1791 de sept hameaux appartenant à Trévidiern. Beuzec était doyenné, depuis le Concordat jusqu’en 1831.

C’est à l’îlot fortifié, formant aujourd’hui la ville close, que s’est attaché le nom de Conc. L’îlot de Conq dépend durant le Moyen Age de la paroisse de Beuzec. Le quartier de Lochrist semble être l’ancien centre paroissial. Vers le Xème siècle, l’abbaye de Landévennec y établit un prieuré qui deviendra la future église tréviale (Saint-Guénolé).

C’est au XIVème siècle, une forteresse puissante, occupée par une garnison anglaise (de 1342 à 1365). A cette époque, le duc Jean IV avait gratifié de la châtellenie de Concarneau, un Anglais, Raoul Knollès. En 1373, Bertrand du Guesclin s’en empare et chasse les anglais.

Concarneau est alors tenu par le connétable Clisson au nom du Roi et ne verra plus la guerre jusqu’à la mort de Jean IV en 1399. C’est le duc Jean II qui, vers 1285, aurait semble-t-il fait entourer la ville d’une première enceinte murale. Il faut attendre 1451 pour que Pierre II, duc de Bretagne, fasse reconstruire la muraille : travaux colossaux qui vont continuer sous Arthur III et François II (père d’Anne de Bretagne) jusqu’en 1476-1477. Pris et repris lors de l’invasion française de 1489, le site est livré par la duchesse Anne aux Anglais, qui l’occupent jusqu’à son retour définitif à la France en 1495. Un état de l’artillerie qui garnissait Concarneau en 1495 a été publié par les Bibliophiles bretons. Il nous montre l’église Saint-Guinnolay (Saint-Guénolé) servant de parc d’artillerie, car on y conserve quatre couleuvrines de fer montées sur roues et affûts, et une grosse couleuvrine non montée. Au moulin, c’est-à-dire près de la tour qui se trouve entre la porte au vin et le passage, il y a plusieurs couleuvrines, un canon de fer tirant pierres de gretz et une couleuvrine de fer à teste de serpent. En 1532, l’union de la Bretagne à la France met Concarneau sous la domination française et la ville reste alors pendant près de 60 ans sous le joug de la famille les Prestre de Lézonnet. Après une occupation huguenote en 1576, la place est fortifiée par le duc de Mercoeur, chef de la Ligue en Bretagne.

Le 17 janvier 1576, la ville de Concarneau est « surprise par les hérétiques calvinistes, gentilshommes du pays, au nombre de 30 cavaliers environ, conduits par les sieurs de La Vigne, le Houlle de Kermassonnet ». Assiégés du 17 au 22 janvier 1576 par la population des villages avoisinants (plus de 8000 hommes) et par des gens armés de Quimper (sieurs de Kerharo, Kymerch, Kerjolis, Coat-Bian, Mesle, Bodigneau, Logan, Coscaër, Kerdégau,….), les calvinistes devront capituler….

Vas-y ! est une agence spécialisée dans la création de site internet à Concarneau
Site entièrement responsive (Adaptable sur tous supports)
Ou dans le référencement naturel
Plusieurs types de sites sont disponibles
LA PARTICULARITE DE NOS SITES INTERNET
Quand nous créons un site internet pour nos clients, nous ne nous contentons pas de créer un semblant de site, comprenant une page ou deux, mais un véritable site internet professionnel, comprenant un nombre suffisant de pages, voire un nombre illimité de pages, pour permettre à nos clients de disposer d’une véritable solution professionnelle, réellement fonctionnelle. De plus, sans supplément de prix, tous nos sites adaptables sur tous supports et sont vendus référencement optimisé en page 1 de Google inclus, sur les mots clés de votre choix.

Site vitrine fixe
de 1 à 6 pages, sans interface d'administration.
Référencement page 1 de Google inclus
- A partir de 270 € HT
Voir ce produit
Site vitrine modifiable
Nombre illimité de pages, avec interface d'administration
Référencement page 1 de Google inclus
- A partir de 550 € HT
Voir ce produit
Boutique en ligne
Pages et produits illimités. Avec gestion complète
Référencement page 1 de Google inclus
- A partir de 1090 € HT
Voir ce produit
Refonte de site internet à Concarneau
Parce qu'un site internet vieillissant peut nuire à votre image, ou pénaliser votre référencement naturel. Effectuez au meilleur prix la refonte de votre site internet, site vitrine ou boutique en ligne, et donnez à vos clients l'image d'une entreprise dynamique et performante !
Voir ce produit
A Concarneau, découvrez nos tarifs de référencement naturel
Vous souhaitez voir votre site en première page de Google ?
Vous choisissez vous même le nombre de mots clés pour lesquels vous souhaitez voir votre site en page 1 !
Découvrez nos formules à partir de 450€ ht
pour un référencement naturel sur 5 mots clés de votre choix
Nos offres de référencement naturel à Concarneau
Au meilleur rapport qualité/prix du net
Sans abonnement, ni paiement mensuel

Votre site en première page sur 5 mots clés ou expressions de recherches différentes.

Voir cette option

Votre site en première page sur 10 mots clés ou expressions de recherches différentes.

Voir cette option

Votre site en première page sur 20 mots clés ou expressions de recherches différentes.

Voir cette option

Votre site en première page sur 30 mots clés ou expressions de recherches différentes.

Voir cette option

Votre site en première page sur 50 mots clés ou expressions de recherches différentes.

Voir cette option

Site en première page sur 100 mots clés ou expressions de recherches différentes.

Voir cette option
Vous avez besoin d'un devis pour plus de mots clés ?
Effectuez maintenant votre demande en ligne

Un peu plus d’histoire sur Concarneau

Pendant les guerres de la Ligue, Concarneau fut le théâtre des luttes des deux partis ; les faits fort intéressants qui s’y rattachent ont été exposés de main de maître par le chanoine Moreau, et sont trop connus pour que nous les reproduisions ici ; nous noterons simplement que, peu avant les troubles, Concarneau donna refuge à un malheureux roi de Portugal, dom Antoine ; voici, en quelques mots, son histoire d’après Moréri. Fils d’Emmanuel, roi de Portugal, dom Antoine (né en 1531) fut dépossédé du trône par son oncle Henri qui, soutenu par les Espagnols, prétendit que dom Antoine n’était pas enfant légitime et fit brûler toutes les pièces qui prouvaient le contraire. Cependant, à la mort de Henri, Antoine fut proclamé roi par le peuple de Lisbonne et prit possession du palais ; mais le roi d’Espagne s’empara à main armée de Lisbonne, et le prince dut s’embarquer pour gagner la France ; les vents contraires l’obligèrent à demeurer en son pays pendant huit mois, déguisé en matelot ou en moine. Enfin, il s’embarqua pour la Hollande, d’où il vint en France et chercha refuge à Concarneau vers 1582. Mais les Espagnols vinrent l’y poursuivre, comme nous l’apprend cette lettre du 4 Août 1585, de l’ambassadeur de Toscane (Négociations diplomatiques de la France avec la Toscane, tome IV, p. 622. « Don Antonio di Portugallo, quel re fuoruscito, è fuggito en la Rochelle, dove è ben visto e ben guardato dai cittadini, perche essendosi ritirato in Concarneau, luogo della Reina Madre in Brettagna ed ivi sorpreso da alcuni navili spagnuoli, perche il luogo è sul mare, dei quali era capo il nipote del marchese Santa Croce ; ma la diligenza che fece in salvarsi, insieme col figlinolo bastardo e Diego Botteglia suo favorito e confidente antiquo, lo ha liberato dal pericolo. Non dimeno molti de suoi, meno di lui pronti al salvarsi, furono presi e menati in Spagna ; e questa pratica non è stata, come si dice, senza saputa dei Guisi, massime del duca de Mercœur, in modo che il povero principe ha trovato plu di sicurezza nei nemici di dio e di se che negli amici propri » ; en voici la traduction de l’original écrit en italien. « Dom Antoine de Portugal, ce roi exilé, s’est enfui à la Rochelle où il est bien vu et bien gardé par les habitants de ce port ; il s’était en effet retiré à Concarneau, place de la Reine mère en Bretagne, mais comme cette place se trouve au bord de la mer, quelques navires espagnols, commandés par le neveu du marquis de Sainte-Croix, tentèrent de le surprendre ; mais ayant fait diligence pour se mettre en sûreté, il échappa au péril avec son fils batard et Diego Botteglia, son favori et ancien confident ; cependant plusieurs de ses serviteurs, moins prompts que lui à se sauver, furent pris et conduits en Espagne. On dit que cette tentative n’a pas été faite à l’insu des Guises, notamment du duc de Mercœur ; en fait, le pauvre prince a trouvé plus de sécurité près des ennemis de Dieu, qui sont aussi les siens, que près de ses propres amis ». De la Rochelle, dom Antoine gagna l’Angleterre, puis revint en France et mourut à Paris le 25 Août 1595.

Dans son aveu de 1682, l’Evêque de Quimper déclare « avoir la seigneurie de ligence, foi et hommage à cour et juridiction sur les habitants de la rue nommée L’aire l’Evêque, donnant de l’Orient sur la grève, du Midi et Couchant sur le chemin de la grève et du fauxbourg de Concarneau à la croix de Keranbrigant et au grand sable, au Septentrion sur deux parcs dits Pors Penamen et en partie sur une rue qui mène de la dite grève au four de la dite L’aire l’Evêque ». Parmi les actes passés en la cour et juridiction de l’Evêque de Cornouaille à Concarneau, nous citerons : – Un contrat d’acquêt de Jean Marion, en 1474 ; – Un aveu des habitants de L’aire l’Evêque, en 1540, qui, à cette époque, sont : Hervé Pezron, Jean Flatrès, Vincent Bolloré, Alain Bello, Guillaume Maguérès, Constance Stéphan, Mahé Bouganès, Pierre Moëlan, Pierre Lucas, Bernard Glopias, Guenolay Rouzanet, Jacques Le Doff, Marie Jézéquel, Pierre Le Bars, Yvon Le Moign, Jan Le Maingoff, Germain Perrot, Yvon Quéré et Auffret Ansquer ; – Aveu de Peronelle de Kerguen, pour le four Trévaré, sur la grande rue et chemin de L’aire l’Evèque et sur Parc Bras dépendant de Portz an Barz, 1562 ; – Aveu de Jeanne Floc’h, veuve de Vincent Bolloré, 1562, pour terres en L’aire l’Evêque ; – 1613. Contrat d’acquet d’une maison appartenant aux enfants mineurs d’honorable homme Hervé Moëlan, de son mariage avec Margely Helory, maison et jardin entourés de muraille, en la rue neuve, au fief de l’Evêché de Cornouaille. Le 5 Novembre 1613, le sergent certifiait s’être à cette effet « transporté par trois dimanches consécutifs, jusqu’au bout de la halle et cohue de la dite ville de Conq, bien accoutumé à faire les bannies et proclamations de justice incontinent après les issues des grandes messes dominicales célébrées en l’église de Monsieur St Guénolay, lesquelles bannies ont été faites en langage breton et français » (Archives départementales). (source: infobretagne.com)